Notre vie privée, quelle importance ?

La vie privée vaut-elle le coup qu’on s’en préoccupe et qu’on la protège ? Pour certains d’entre nous, la question ne se pose pas car il n’y a plus de vie privée depuis pas mal d’années maintenant paraît-il. En effet, Mark Zuckerberg, patron de Facebook a ainsi affirmé il y a moins de 10 ans, « La vie en public est la nouvelle norme » estimant que la vie privée était un concept « dépassé », le même qui témoignait il y a peu devant une commission du Sénat américain en présentant ses excuses, suite aux actions de la société Cambridge Analytica qui ont permis la récupération de données privées d’environ 87 millions d’internautes à des fins politiques.

Imaginez alors la situation suivante : vous êtes dans une boulangerie, et au moment de payer on vous demande où vous étiez hier à 20h, ou alors quel est votre numéro de téléphone, ou encore de montrer vos 5 derniers messages SMS envoyés, sous prétexte de vous offrir un meilleur service et de mieux vous connaître.

A priori, j’imagine que vous refuseriez. Sur Internet, c’est une autre affaire, car ces informations c’est nous qui les donnons volontairement ou pas, afin d’obtenir l’accès « gratuitement » à un service. Elles sont ensuite toutes analysées, en les combinant suivant certains critères choisis par celui qui les reçoit, afin de répondre à une question précise posée par un donneur d’ordres qui souhaite atteindre une cible particulière d’internautes. Ces informations retravaillées deviennent alors des données déduites présentant une forte valeur ajoutée pour celui qui les détient, car il peut les vendre.

Toutes ces informations nous concernant : cela me fait penser à Max Schrems, avocat autrichien militant pour la protection des données privées. Il fait un parallèle avec la question de l’énergie nucléaire et de la persistance durant des milliers d’années de la radiation issue des déchets nucléaires. Les radiations sont invisibles, ce qui les rend d’autant plus dangereuses si l’on souhaite s’en protéger.
Pour lui, c’est un peu la même chose avec la protection de la vie privée, car on ne voit pas ces ordinateurs qui détiennent sur le long terme, de très nombreuses informations sur nous. Cette masse d’informations nous concernant peut induire des conséquences inattendues sur notre vie, tout simplement, plus tard, voire beaucoup plus tard.

Tant que c’est pour « m’offrir » un meilleur service et mieux me connaître paraît-il, à la limite, mais vraiment à la limite, pourquoi pas diriez-vous. Mieux me connaître, mieux me définir, et donc déterminer mon profil en fait ; cela pourrait alors servir aussi autre chose qu’un simple objectif marketing et commercial. En effet en 2013, l’affaire Snowden a permis de révéler qu’il ne s’agissait pas uniquement de vous proposer le bon produit au bon moment. Cela allait bien au-delà puisque des organismes d’Etat aux USA espionnaient tout simplement nos vies, et cela à très grande échelle.

Et si finalement la question était plus vaste que celle concernant notre vie privée ? Ne s’agit-il pas tout simplement de la protection de nos libertés individuelles et de la démocratie ?

Sommes-nous tout doucement en train d’être tous mis sous surveillance électronique ? Le débat est ouvert.

Pour finir, je ne peux que vous conseiller, afin d’alimenter votre réflexion, la lecture du livre de Tristan Nitot, « surveillance://, Les libertés au défi du numérique : comprendre et agir. ». Une recherche sur Internet vous permettra de vous faire une idée sur son auteur, en regardant aussi certaines de ses interventions à ce sujet.

1 Commentaire

  1. J’aime bien l’exemple de la boulangerie… « Oh Chéri, ce soir, j’ai tellement envie que tu me la *censored* *censored* » 😀
    Merci pour la news qui fait réfléchir 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.