Shadow PC : Le PC du Futur attendra encore

shadow pc du futur attendra

A l’occasion d’une campagne « ambassadeurs » Demooz, j’ai pu tester pendant quelques jours Shadow, censé être « le PC du Futur ».  Voici mon retour d’expérience.

 

NB : ce test a été réalisé en utilisant le boitier Shadow, je ne savais pas au moment du test que l’on pouvait également lancer le launcher shadow depuis un ordinateur classique. Ce retour d’expérience vaut donc seulement si vous utilisez le boitier. 

 

Alors comme tout le monde au début, j’étais super excité de voir à quoi ressemblait le « pc du futur’, le pc dans le cloud comme on l’appelle.

Mais qu’est ce que Shadow exactement. Shadow est un PC utilisant le Cloud Computing, c’est à dire qu’aucun composant n’est stockés physiquement dans le boitier Shadow. On accède virtuellement aux composants qui sont stockés dans de grands datacenters. Shadow met automatiquement à jour ses composants pour toujours être à la pointe de ce qui se fait, en termes de performances.

Vous aurez donc compris, l’entièreté de l’expérience utilisateur tient à des problématiques de réseau. Faire en sorte que la navigation ne soit pas lente et qu’il n’y ait pas de freeze dans l’application et dans l’interface. Ils promettent des débits allant jusqu’à un mégabit même lorsque l’on est en rase campagne.

Mais j’ai été vite refroidi quand j’ai vu que l’installation et que le boitier n’était absolument pas pensé pour des gens habitants en maison. Ma connexion « fausse fibre » à 30 mb/s n’est pas suffisante manifestement.

En effet, au premier démarrage du Shadow, on vous demande de vous brancher en ethernet à votre box…. Problème, quand vous avez votre box au rez de chaussée et que votre chambre est au 3ème étage, une petite contrainte pratique surgit ^^.

J’ai du donc du m’accommoder d’une clé wifi à brancher en USB sur le boitier et qui coûte quand même 35 euros. Celle ci a été financé par Demooz ou Shadow, heureusement. Mais même en ayant cette clé, la première installation doit OBLIGATOIREMENT se faire via ethernet. J’ai donc du déplacer tout mon matériel de bureau (écran de pc, clavier, souris, etc) l’espace de quelques instants pour pouvoir procéder à la configuration du Shadow…

Puis une fois que l’on s’est branché en ethernet et que l’on est connecté aux différents comptes, on arrive enfin sur l’interface de démarrage Windows. Seulement c’était sans compter les nombreux bugs que j’ai du avoir pour passer toutes ces étapes et le temps d’attente (très) très long d’une mise à jour qui m’a forcé à rebooter le shadow.

Une fois toutes ces premières manips fait, je me réinstalle dans ma chambre et je teste alors la connexion wifi depuis cette fameuse clé wifi. La personne de Shadow m’avait bien prévenu qu’il y aurait une perte de signal par rapport à la connexion Ethernet. Mais à ce point là… Je ne pensais pas.

C’est simple j’ai du réussir à me connecter 1 fois sur 10. Et encore la fois où j’ai réussi à me connecter, l’interface était tellement lente que le shadow se figeait et m’afficha de magnifiques écrans vert. Et j’ai eu le droit à toutes les nuances de vert ^^ malheureusement.

Le Shadow est donc inutilisable via mes deux bandes de connexions, en normal et en 5 ghz. Encore de gros progrès à faire de ce côté là.

Pour réussir à me connecter à mon interface Windows « classique », j’ai dû utiliser le partage de connexion de mon téléphone. Je ne vous dis pas par contre la data que ce petit boitier consomme lorsque vous l’utilisez ! En l’espace de quelques heures, j’avais déjà utilisé plus de 10 Gigas.  Autant vous dire que cette solution n’a pu être que de courte durée, car, même avec le meilleur forfait du monde, on est vite limité !

Les fois où j’ai réussi à me connecter et naviguer un peu dans l’interface, tout cela était assez réactif. J’ai pu par exemple tester sans aucun lag, Battlefield 3 en ultra et avec tous les paramètres poussés au maximum. A ce moment là alors, c’est un réel plaisir que de pouvoir bénéficier d’une qualité graphique excellente.

Sinon à part cela, le boitier est très design comme vous avez pu le voir à travers les photos ci-dessus. Sinon, chose intéressante mais que je n’ai eu le temps de tester, c’est de se connecter à son shadow depuis un smartphone ou une tablette.  La start-up promet une interface aussi fluide que sur PC, pour notamment jouer à vos jeux PC sur votre smartphones ou votre tablette. Et à en croire les différentes vidéos que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux, cela semble plutôt bien marcher. Tout dépend évidemment de l’endroit où on se trouve.

https://twitter.com/Captain_Grochat/status/1011549368447578112

En conclusion donc, on peut dire que le Shadow PC est une initiative très prometteuse, qui a le mérite de vouloir disrupter le marché des PC et ordinateurs portables. Et c’est chose faite puisqu’ils sont pour l’instant les seuls sur ce marché, qu’est le cloud computing. La solution est encore jeune et est promise à un avenir radieux, mais avant ça, il y a tout un travail d’ergonomie et de praticité qui doit être pensé, en tout cas pour ceux qui sont en maison. Sachant que la qualité de l’expérience Shadow dépend intégralement de la qualité de réseau du client. Rendez-vous donc dans quelques années pour voir comment et si la solution aura évoluée. 

Et vous ? Que pensez-vous de la solution Shadow PC ? Est-ce pour vous le PC du Futur ? Ou au contraire, rencontrez-vous d’autres types de soucis? Laissez nous votre avis dans les commentaires !

A propos Florian 20 Articles
Youtubeur Tech sur la chaîne Tech & StartUp (bit.ly/TechNStartUp_YouTube) et Ancien Fondateur et Rédacteur en Chef du Blog MisterHTC, je suis également un grand fan du bugdroid vert et de son univers.

3 Commentaires

  1. Quand je vois la « gueule » du réseau domestique dans ma zone et le futur, ça ne sera réellement utilisable que pour une sorte d’élite bien couvert en vrai fibre, encore un bel avenir pour les PC et tablettes classiques à mon avis, merci du retour d’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.