Le chinois Xiaomi, ambitionne de croquer Apple

Le fondateur du fabricant chinois de smartphones Xiaomi n’a pas caché son ambition, dominer le marché mondial, lorsqu’il a pris la parole lors d’un récent colloque sur Internet.

xiaomi-mi4-unboxing-1-978x650

Le Mi4 de Xiaomi ressemble beaucoup à l’iPhone 5. Du moins, sur le plan du design, et la comparaison s’arrête là ! Paradoxalement c’est une marque méconnue en Occident, pourtant les objectifs planétaires de la firme chinoise Xiaomi ne font plus sourire ses concurrents, au regard de son développement fulgurant en Orient.

Ainsi, Lei Jun, le patron quadragénaire de la société qui a été créée seulement en 2010 a affirmé : « Dans les cinq à dix prochaines années, Xiaomi va devenir le numéro un du secteur des smartphones ».

Alors oui, c’est vrai vous pouvez dire, il rêve et puis ce n’est que du matériel chinois… qui n’est pas top ! C’est vrai en partie, s’il y a des années les téléphones chinois pouvaient prêter à sourire, ce n’est plus le cas aujourd’hui, et pour rappel c’est aussi eux qui fabriquent la plupart des smartphones présents sur le marché et notamment l’iPhone 6 à 1 000 € ! Et d’autre part, le marché chinois pèse à lui seul ceux de l’Europe, de l’Amérique du Nord et du Sud, c’est dire le mal qu’ils vont faire lorsque le taux d’équipement de la population aura rejoint celui du monde occidental !

Dans les faits, et en quelques années, Xiaomi a bondi du statut d’une simple start-up à un géant industriel, qui le place désormais au troisième rang mondial derrière Apple et Samsung, dans un marché extrêmement concurrentiel.

La recette de ce succès est simple, Xiaomi propose du haut de gamme en limitant de façon drastique les coûts de vente et de production, pour faire , au final, des appareils bien moins chers que l’américain Apple ou le Sud-Coréen Samsung. En Chine, le Mi4, le portable dernier cri de Xiaomi avec 64 Go de stockage, est vendu à un tarif inférieur à la moitié du prix de l’iPhone 6 comparable.

07518285-photo-xiaomi-mi4

Xiaomi assure avoir déjà vendu près de 61 millions de smartphones en 2014, affichant une hausse insolente de 227 % par rapport à 2013 ! Et il a plus que doublé sur cette période son chiffre d’affaires, qui est à environ 12 milliards de dollars. A noter que le groupe chinois a engrangé plus d’un milliard de dollars lors d’une levée de fonds, ce qui le valorise à près de 45 milliards de dollars.

Ses détracteurs l’accusent d’avoir tout simplement copié le design des iPhone d’Apple, en profitant d’un certain laxisme qui y règne en matière de droits de propriété industrielle. Le géant américain n’a jamais entrepris de poursuites visant Xiaomi, mais le Britannique Jony Ive, qui est responsable du design des produits Apple, parle lui de vol, en évoquant les similitudes entre les iPhone et les smartphones de Xiaomi.

xiaomi-mi4-top-720x447

Ce à quoi, un porte-parole de la marque chinoise a répondu : « Nous espérons que les personnes de mauvaise foi vont retirer leurs oeillères et porter une appréciation plus juste sur les pratiques et les produits de Xiaomi ».

He Ling, un adepte de la marque chinoise, confie : « Je me fiche de savoir s’ils copient Apple. Le savoir-faire de Xiaomi est vraiment bon et je n’achèterai pas un Apple surtout vu leurs prix ».

Pour accompagner son essor, le chinois Xiaomi a chassé des têtes chez les plus grands noms, comme Microsoft, Motorola ou Yahoo. Le cofondateur de Xiaomi, Lin Bin, vient d’ailleurs lui aussi, de chez Google. Et en 2013 le géant américain de l’Internet avait perdu l’un de ses cerveaux, Hugo Barra, passé également chez Xiaomi.

Lei Bin se présente aussi comme un serial entrepreneur, en ajoutant, que Xiaomi était un petit miracle, dans une terre magique d’où est également issu Alibaba, le géant chinois du commerce en ligne.

Xiaomi a lancé ses smartphones et tablettes à bas prix à Taïwan, Hong Kong et en Asie du Sud-Est, comptant partir de là, pour conquérir ensuite le monde entier. Mais cette stratégie asiatique vient d’essuyer un premier revers en Inde, où les ventes du chinois sont suspendues, après que la justice ait donné raison au suédois Ericsson, dans un contentieux sur des brevets. Si Xiaomi grimpe en Chine, les experts doutent donc qu’il puisse tenir le même rythme loin de ses frontières, et notamment dans des pays où sa notoriété est faible et où les règles sont plus strictes.

07518477-photo-xiaomi-mi4

Wang Jun, du cabinet Analysys International précise : « Quand bien même Xiaomi parviendrait à résoudre tous ses problèmes de propriété industrielle sur ses marchés à l’étranger, il lui faudrait des années avant de dépasser ses concurrents en parts de marché ».

La polémique sur les éventuels plagiats n’influence guère la clientèle en Chine, où Xiaomi occupe la deuxième place, juste derrière Samsung et devant d’autres acteurs locaux ambitieux, comme Huawei, qui lui aussi propose des smartphones d’exceptions à des prix défiants toutes concurrences.

source AFP

A propos Reporter 2782 Articles
Que de temps passé à tester des mobiles ! Le plus ancien... Un antique GSM Nokia 2010 en 1994... Jusqu'au Lumia 950 XL actuel... en passant par plusieurs mobiles sous Android et même un iPhone

3 Commentaires

  1. J’ai eu le mi3, et maintenant j’ai le mi4. Franchement, ils n’ont rien a envier aux grands.
    Et pourtant j’étais un fervent de chez HTC dès la première heure, du Touch Cruise jusqu’au One M7.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.