Coup dur pour les Google Glass : elle serait interdite au volant

C’est l’aventure que vient de vivre une conductrice américaine, Cécilia Abadie, qui a été verbalisée hier à San Diego, en Californie, après avoir conduit avec ses Google Glass sur le nez. Le droit est en effet aujourd’hui trop flou s’agissant des lunettes high-tech de la firme de Mountain View.

cecilia-abadie-google-glass,E-O-407472-22

Cécilia Abadie

ArsTechnica explique que le policier s’est appuyé sur la législation de l’État de Californie, en vertu de laquelle « une personne ne doit pas conduire un véhicule à moteur si un récepteur de télévision, un moniteur vidéo, un téléviseur ou un écran, ou tout autre moyen similaire de diffuser visuellement des images télévisées (…) fonctionne de façon visible pour le conducteur lorsqu’il conduit ». Sauf que cet article prévoit, outre le fait que le « moniteur vidéo » doive fonctionner, mais il existe des exceptions. Notamment  pour les appareils de type GPS, l’une des fonctions proposées justement par les Google Glass.

medium-140489

Face à cette situation, certaines personnes ont conseillé à la jeune femme de contester cette amende devant un tribunal. Un tel recours pourrait aussi avoir le mérite de clarifier un peu les choses avant que les Google Glass soient commercialisés.

Mais qu’en est-il en Europe et en France ?

Dans l’immédiat, seul le Royaume-Uni a clairement annoncé que l’utilisation des Google Glass au volant serait sanctionnée au même titre que l’usage du téléphone portable par exemple. À signaler qu’en la France, l’article R412-6-2 du Code de la route prévoit que « le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d’un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d’un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit ».

Une telle infraction est même passible d’un retrait de trois points du permis de conduire et d’une amende équivalente à une contravention de 5e classe (pouvant aller jusqu’à 1 500 euros). Toute la difficulté réside cependant dans l’appréciation de « l’aide à la conduite ou à la navigation », dans la mesure où certaines fonctionnalités des Google Glass pourraient potentiellement rentrer dans ce champ. Comme vous pouvez le voir, la situation est plutôt ambiguë sur l’utilisation des Google Glass chez nous… Sachant que déjà, les systèmes d’aide à la navigation sont tous justes tolérés…

via

A propos Reporter 2782 Articles
Que de temps passé à tester des mobiles ! Le plus ancien... Un antique GSM Nokia 2010 en 1994... Jusqu'au Lumia 950 XL actuel... en passant par plusieurs mobiles sous Android et même un iPhone

4 Commentaires

  1. Dommage pour cette conductrice. Pour le moment 😀
    En effet, la législation est plutôt floue, et quand on connait la réactivité de nos dirigeant parfois, cela risque de perdurer.
    A savoir toutefois qu’il est interdit de fixer quoi que ce soit sur le pare-brise (eh oui, la loi est limpide là dessus).
    Quand au fait de ne pas avoir d’appareil ne constituant pas une aide à la navigation, dans le champs de vision, , l’application est laisser à la libre interprétation (des agents assermentés)

  2. Ca me parait en effet logique qu’un tel appareil puisse être interdit au volant. On ne sait pas si le conducteur les aura mises « en veille » ou s’il sera occupé à lire des SMS tout en conduisant, ce qui meme projeté devant lui serait une jolie source de distraction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.