SFR et Bouygues à l’heure du partage de leurs réseaux

857096_3_06f8_sfr-et-bouygues-telecom-sont-entres-en_eca2641ab1d107c2344fcf82a529b008

 

Les opérateurs télécoms français Bouygues Telecom et SFR ont annoncé lundi 22 juillet être entrés en négociations exclusives pour partager une partie de leurs réseaux mobiles.
Bouygues Telecom et SFR souhaitent « conclure avant la fin de l’année cet accord stratégique » qui leur donnerait « les moyens de figurer parmi les acteurs incontournables de la modernisation de l’économie numérique en France », selon un communiqué commun.

La mutualisation d’une partie des réseaux envisagée par le deuxième et troisième opérateur français « serait comparable à des dispositifs du même type déjà mis en œuvre dans d’autres pays européens », souligne le communiqué.

Il y a fort à parier que les déboires de chacun de ces deux opérateurs les poussent à s’unir pour tenter de revenir sur le devant de la scène.

Alors que cet accord concernerait essentiellement les zones faiblement couvertes, chaque opérateur conserverait une capacité d’innovation autonome et une indépendance commerciale totale, en effet à ce titre ils conserverait en propre leurs antennes dans les grandes agglomérations. Bouygues Telecom et SFR souhaitent « relever le défi que représente l’investissement dans les réseaux à très haut débit », leur objectif étant « d’offrir à leurs clients respectifs la meilleure couverture géographique et la meilleure qualité de service possible », ajoute le communiqué.

L’accord sera soumis préalablement à l’avis des instances représentatives du personnel des deux sociétés et à l’examen de l’autorité de la concurrence et de l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP).

Filiale à 100 % du Groupe Vivendi, SFR comptait fin mars 2013 près de 21 millions de clients mobiles, dont près de 17 millions d’abonnés, et plus de 5 millions de foyers abonnés à l’Internet haut débit. Bouygues Telecom de son côté, compte 11,3 millions de clients mobiles et 1,9 million de clients pour le haut débit fixe. Il déploie également un réseau national 4G, avec plus de 100 villes et un objectif de 40 % de la population française couverte au 1er octobre 2013.

Je doute que cet accord soit du goût des deux autres opérateurs qui voient déjà d’un très mauvais oeil, l’autorisation qui a été donné à Bouygues par l’ARCEP, afin d’utiliser la bande 2G pour étendre son réseau 4G.

La gueguerre que se mène les opérateurs n’est pas prête de se terminer !

Via

A propos Reporter 2782 Articles
Que de temps passé à tester des mobiles ! Le plus ancien... Un antique GSM Nokia 2010 en 1994... Jusqu'au Lumia 950 XL actuel... en passant par plusieurs mobiles sous Android et même un iPhone

1 Commentaire

  1. Heureusement qu’il y a compétition. C’est grâce à Free que les choses ont bougé. Il serait néanmoins regrettable qu’a terme on repasse à trois opérateurs si cet accord finissait en fusion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.