HTC quitte le marché brésilien

Voici son annonce :

« Après analyse des chiffres de ventes, nous avons décidé de nous retirer du marché brésilien »

La gamme HTC One n’aura même pas eu le temps d’être lancée dans le pays.

HTC conservera toutefois une présence dans le pays afin de continuer à assurer le service après-vente, c’est-à-dire assurer la réparation et le remplacement des terminaux déjà commercialisés.

Cette décision, qui peut paraître surprenante, intervient alors que le Brésil est un marché à très grand potentiel. En effet, pas moins de 8.9 millions de Smartphones ont été vendus en 2011 au Brésil. Si le Brésil continue sa progression, les analystes estiment que le pays devrait devenir le quatrième marché mondial, devant le Royaume Uni, en 2016.

Cette décision est justifiée par une part de marché très faible, 0.11%. En effet, HTC est le 9ème vendeur de Smartphone sur le marché Brésilien, derrière Nokia, Samsung, Apple, Sony, LG, Motorola, RIM et ZTE.

HTC devrait faire une déclaration officielle prochainement.

Que pensez-vous de cette décision ?

Source

A propos Gen_Mob 1381 Articles
Créateurs, administrateurs du site Génération mobiles, sous ce pseudo se cachent en réalité quelques passionnés de nouvelles technologies dites "connectées" dont la principale reste les "Smartphones" sans distinction de marque. Toujours soucieux de faire partager leur passion, ces "anonymes" font tout pour vous renseigner via l'autre plateforme : Le forum Génération mobiles

5 Commentaires

  1. Quelle « étrange » analyse !!!!!! Selon moi , ils ont communiqué ainsi pour redémarrer avec un staff « neuf » , d’ici quelque temps ! Le brésil est la 6e puissance mondiale , avec un potentiel évident !

  2. Surtout un tel marché ! Ils font table rase ! Et aprés , on repart avec une équipe toute neuve , dépourvu d’appriori ,et avec les dents toutes neuves et bien longues !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.