Les Ad Blockers et le prochain chapitre de l’Internet

ads-blocker-logo

Les bloqueurs de publicités (ad blockers) font parler d’eux ces derniers temps. Ils existent depuis « toujours », mais leur influence ne cesse de croître, notamment depuis la sortie d’iOS 9 (où un développeur a retiré son application de l’App Store pour ne pas « participer à cette guerre »).
Quand seulement 20 % des lecteurs d’un site utilisent des ad blockers, cela passe à 50 % voire 80 %, ça pose de sérieux problèmes pour les sites et les publicitaires, un business modèle à remettre en cause…

Selon PageFair et le rapport d’adblocking 2015 d’Adobe, nous sommes 198 millions d’utilisateurs actifs de bloqueurs de pubs, avec une croissance de +41 % au cours des 12 derniers mois.
Depuis la sortie de ces chiffres, nous devrions maintenant être proches des 200 millions. Si c’est un boycott, c’est probablement le plus important de l’histoire de l’humanité.

Pourtant, les ad blockers sont utilisés depuis que la pub en ligne existe, depuis que les extensions de navigateurs web existent en tout cas. Alors, pourquoi le blocage de pubs est devenu si populaire et si rapidement ? En un mot, le tracking.

Quand vous allez sur le web, vous recherchez du contenu, peu importe ce qui vous plaît. Mais quand on parle de contenu, on cherche du vrai contenu et pas du placement de produits ou des produits suggérés suite à notre historique de recherches.
Malheureusement, c’est bien ce qu’il se passe quand on consulte des sites web commerciaux fournissant de la publicité. Le tracking est devenu très important dans le monde
du « big data » et de la « personnalisation » à outrance.

Connaissez-vous les 3 règles de Shoshana Zuboff ? Les voici, elles datent des années 1980 :

Tout d’abord, tout ce qui peut être automatisé sera automatisé. Ensuite, tout ce qui peut être informatisé sera informatisé. Enfin, en l’absence d’objections et de sanctions, chaque application numérique qui peut être utilisée pour de la surveillance ou du contrôle sera utilisée pour de la surveillance et du contrôle, indépendamment de son intérêt original.Adblock_logo_&_wordmark

La FTC a vu les choses venir en 2007 et a proposé une fonctionnalité nationale « Do not Track ». En 2009, un ingénieur privé de chez Mozilla a créé un prototype add-on de « Do not Track » pour le navigateur Internet Firefox. Rapidement, Microsoft et Apple ont intégré cette fonctionnalité dans leur navigateur respectif, Google a suivi en 2012.

Le problème c’est que cela ne change rien du tout. L’option « Do not track » (ne pas suivre) n’est seulement qu’une requête sous la forme d’un en-tête http.
Comme prévu, la majorité des annonceurs et des publicitaires choisissent d’ignorer cette requête.

Le résultat fut le suivant :

adblocker_donottrack

Sans surprise, durant ce laps de temps, nous avons aussi vu l’explosion de ce qu’on appelle « adtech ». Un mot fourre-tout englobant une collection d’outils et de pratiques qui se cachent derrière la publicité : ciblage comportemental, identifiant de transaction, messagerie en temps réel, données de navigation, reciblage, etc.
Le reciblage est d’ailleurs le plus révélateur de la surveillance des temps modernes. Des publicités qui vous suivent sur le site de vente A vont vous suivre sur le site B, C et D.
Évidemment, la courbe du reciblage est en lien avec les blocages des pubs :

adblocker_donottrack2

 

Enfin, nous avons vu le cas de AdBlock Plus qui met en liste blanche des publicités « qui ne dérangent pas », des publicités qui ne « prennent pas trop de place », qui sont « efficaces et pertinentes pour les utilisateurs ». Apparemment, AdBlock Plus demande 50 % des revenus pour « laisser filer »… Ces pubs autorisées peuvent être cependant bloquées dans les paramètres. Peu de personnes vont dans les paramètres par contre…
Note : pensez à essayer µBlock Origin au passage

Au final, il est possible que ce brouhaha se tasse d’ici quelques années. De nouvelles idées vont éclore, les annonceurs et publicitaires sont d’ailleurs en train d’abandonner le adtech.
De nouvelles formules et business vont naître pour mieux répondre au monde numérique d’aujourd’hui, mais aussi aux attentes des internautes.

Personnellement, j’ai un gros doute. Le ciblage et l’information personnalisée ne font plutôt que commencer.
Si nous en sommes arrivés là, ce n’est pas pour rien. Si les ad blockers ont explosé, c’est la faute des annonceurs, des publicitaires et des sites (de certains je tiens à préciser).
Toute personne sensible au respect de sa vie privée et au bien-être de son entourage devrait (ou doit) se méfier des publicités, du tracking et de tout cet amas d’outils informatiques.

Avoir le choix, respecter la liberté de pensée des internautes est une chose indispensable. Mettre en avant des produits ou favoriser du contenu plutôt que d’autres est, par principe, contraire à ces idées fondamentales. « Ne vous demandez plus quoi acheter ou quoi faire ce week-end, nos superbes outils de tracking et de publicités vous donnent la réponse ! »
On dit très souvent que les utilisateurs qui utilisent des adblockers font fermer des sites web, car c’est leur seule source de revenus. Que dire des sites qui se font manger par les géants du web, car ils ont un budget publicitaire et des outils « modernes » largement supérieurs à des start-ups ou des petites et moyennes entreprises. Croyez-vous que certaines de ces entreprises n’ont pas déjà fermé ?… Aussi, pensez-vous sincèrement que tous les sites actuels méritent d’être sur le web ? Les sites qui courent au nombre du clic et proposent un contenu pathétique et sans saveur font plus perdre du temps aux gens et nous détournent des choses essentielles.
Avec Internet, on dit qu’il y a le meilleur comme le pire. Si la part du pire se réduit, nous vivrions sans doute mieux. Les publicités ont participé à la création d’un Internet gratuit pour vous, pour que tout le monde ait accès à tout le contenu disponible. Mais quand on voit le peu de sites qui méritent vraiment d’être lus, ceux qui apportent quelque chose d’utile, ça fait réfléchir…

Si les sites, annonceurs et publicitaires respectaient les utilisateurs, nous n’en serions pas là. Les adblockers ne sont qu’une conséquence, pas une cause. Supprimer ou interdire les ad blockers serait comme couper un nerf quand on a mal.

Chers utilisateurs Android, utilisez AdAway pour gérer les publicités. C’est VOUS qui décidez ce qui est bloqué et ce qui ne l’est pas. Aucune donnée n’est revendue à des tiers (pas comme Ghostery – à confirmer). Vous avez le contrôle, utilisez-le 😉 Vous voulez aider un site web qui travaille bien ? Acceptez les pubs de son site.

EDIT :
C’est le site MIT Technology review qui semble avoir dénoncé Ghostery. Ghostery revendrait les données collectées aux annonceurs pour qu’ils perfectionnent leurs codes publicitaires. Vous participez donc à cette collecte sauf si vous avez désactivé le partage de données via Ghostrank. Pensez à vérifier vos paramètres 🙂
En complément, Edward Snowden recommande l’utilisation d’ad blockers. Si si, à lire ici.

Source partielle

Êtes-vous pour ou contre les publicités et les outils de tracking ? Utilisez-vous des bloqueurs sur vos appareils mobiles et ordinateurs ?

A propos de Primokorn 49 Articles
Après l'informatique en général, je me suis intéressé aux OS mobiles il y a plusieurs années et plus particulièrement à Android. Beaucoup de lectures et de pratiques me donnent envie de partager toutes ces informations, avec un penchant pour la personnalisation, le logiciel libre, la sécurité et la vie privée. #libriste

4 Comments

  1. Très bon article, merci. Pour ma part, j’utilise un bloqueur de pub, mais il est inactif pour les sites que je consulte quotidiennement, car d’une part, ils n’abusent pas, et d’autre part, je tiens à les aider un tant soit peu. Utilisant régulièrement l’appli YouTube sous android, j’ai été dernièrement très énervé par une série de pubs de plus de 20 secondes impossibles a skipper, ce qui m’a « obligé » à télécharger adaway. Je vais prendre le temps de bien le configurer. En conclusion, je répète ce qui est dit dans l’article : les bloqueurs de pubs ne sont pas une cause, mais une conséquence !
    _________________________________
    Envoyé depuis l’application Génération mobiles pour Windows Phone.

  2. J’utilise AdBlock et Ghostery jen suis très content surtout que ca permet aussi de dégager les « j’aime » de FB car je n’ai ni FB ni le ty oizio bleu. Et pour ce qui est de la pub y a juste a faire l’essai rien que sur la page d’acceuil du bon coin avec et sans adblock activé WOUaah les yeux sont soulagés quand même. Moi perso je trouve la pub intrusive loin d’être un mouton comme certain quant j’ai besoin de chercher quelque chose je le chercher mais pas besoin quon me le rappel durant 50 jours surtout quant ta fini par l’acheter et la en ta possession.. « C’EST BON STOP MERCI je l’ai !!! » Aller un coup de CCleaner , effacement du cache et coockie par le CMD quotidiennement et basta.
    _________________________________
    Envoyé depuis l’application Génération mobiles pour Windows Phone.

Poster un Commentaire