Android : trois applications sur cinq seraient intrusives

Selon une étude réalisée par Norton by Symantec, il s’avère que 60 % des applications du système d’exploitation de Google contiendraient des programmes intrusifs et que 20 % de l’ensemble des programmes téléchargés seraient même malveillants.

google

L’éditeur de solutions antivirus répertorie ainsi cinq grands types d’applications malveillantes et intrusives :

– Les applications de suivi : ces dernières collectent les SMS et journaux d’appels, suivent les coordonnées GPS, enregistrent les appels, et peuvent voler les photos et les vidéos stockées sur les terminaux.
– Certaines applications volent des données : elles prennent possession des données de l’appareil et de l’utilisateur, comme les informations de configuration et le contenu personnel.
– Les applications d’infection : elles installent des programmes de téléchargement et d’exécution de fonctions malveillantes à distance.
– Les applications de reconfiguration : ce type de programme modifie les droits d’accès ou les paramètres du système d’exploitation, ce qui permet aux pirates de prendre le contrôle du smartphone à distance.
– Les applications d’extorsion d’argent : elles reposent sur l’utilisation de numéros payants, les pirates envoyant des SMS à ces numéros à partir du mobile, ce qui peut coûter extrêmement cher à l’utilisateur infecté.

La problématique de la sécurité est plus que jamais d’actualité. À quelques jours de l’ouverture du MWC de Barcelone, Symantec promet ainsi un renforcement de sa solution Norton Mobile Security, capable de protéger le consommateur avant même le téléchargement d’une application.

Cette étude a été réalisée par Symantec depuis son outil Norton Mobile Insight Data, il faut aussi prendre en considération que c’est aussi son gagne-pain, il serait surprenant que la société donne des informations plus positives. Quoi qu’il en soit, ce système télécharge et analyse en permanence les applications mobiles nouvelles ou les mises à jour dans plus de 200 boutiques applicatives, dont celle du Google Play. Plus de 15 millions d’applications ont été analysées entre les mois d’avril 2012 et décembre 2014.

Trois sur cinq ne signifie pas pour autant qu’elles soient forcément actives, pour le vol de données, l’infection ou l’extorsion d’argent, mais qu’elles ouvrent grand ces portes.

via

A propos de Reporter 2780 Articles
Que de temps passé à tester des mobiles ! Le plus ancien... Un antique GSM Nokia 2010 en 1994... Jusqu'au Lumia 950 XL actuel... en passant par plusieurs mobiles sous Android et même un iPhone

4 Comments

  1. Android est une passoire c’est un fait, mais il va aussi de la responsabilité de chacun de ne pas installer n’importe quoi sous prétexte que ça brille.

    Si je souhaite installer une appli pour dessiner et qu’elle me demande d’accéder à mes SMS je passe mon tour. Les gens doivent réapprendre à lire et à comprendre ce qui est écrit au lieu de survoler.

    Après il existe les solution de sécurité comme LBE, mais seulement pour les appareils rootés, or tout le monde ne souhaite pas le faire et il n’est pas normal qu’il faille le faire pour avoir plus de sécurité.

    Google ferait bien de nettoyer devant sa porte au lieu de tacler par derrière les autres OS.

  2. Oui certains développeurs et certaines sociétés abusent !
    Oui certains utilisateurs installent n’importe quoi sans faire preuve de prudence !

    Mais :
    Symantec est une société commerciale et je ne voudrais que son appli scanne en permanence mon téléphone pour récolter des données. Quelle partie des données récoltées servent à la sécurité pure et quelle partie sert à gagner des sous ?

    De plus, une application utilisateur de ce genre ne peut pas gérer les accès des autres applis sur un OS basé Linux donc inutile !

    Si vous tenez à vos données, utilisez Xprivacy, AFwall+, etc… et regardez ce qui se passe sur votre téléphone.

    L’avantage d’Android c’est qu’on peut agir alors faisons-le.

Poster un Commentaire