Quand la politique enfonce Samsung, aux États-Unis !

Alors que c’est lundi que les iPhone 3GS et 4, ainsi que les iPad 1 et 2 auraient dû être interdits de vente sur le territoire américain. L’ITC, le gendarme du commerce américain, a en effet statué en juin en notifiant qu’Apple enfreignait bien des brevets appartenant exclusivement  à Samsung et que par conséquent, ces terminaux ne devaient plus être vendus sur le territoire américain.

Barack-Obama-005

Mais c’était sans compter sur les ressources de la firme à la pomme… En fait seul l’iPhone 4 aurait pu être frappé par cette injonction, puisque ce modèle est toujours vendu par les opérateurs, les autres ayant quasiment disparus des étals. Il restait à Cupertino une carte à jouer, et pas la plus facile, celle de la politique, et de demander le véto du président américain. Lui seul avait le pouvoir de renverser cette décision, mais depuis 1987, aucune administration présidentielle n’avait pris une telle décision.

Alors qu’il y a eu une campagne de lobbying intense (Apple a été soutenue par divers opérateurs, Microsoft, Oracle, Intel, et bien d’autres encore), Barack Obama a donc posé son veto. L’iPhone 4 pourra continuer à être vendu aux États-Unis. Cette décision exceptionnelle se base sur l’examen de diverses considérations en ce qui concerne les conditions de la concurrence dans l’économie américaine. Apple applaudit évidemment ce véto présidentiel, et rajoute que « Samsung a eu tort d’abuser du système des brevets de cette façon ».

Samsung s’est effectivement appuyé sur des brevets essentiels, dit FRAND, dont il est le propriétaire pour appuyer sa démonstration auprès de l’ITC. Or, ce type de brevets doit être proposé à toute l’industrie pour un prix juste, raisonnable et non discriminatoire. Il semble que pour Apple, le constructeur coréen ait décidé de hausser les prix de ses licences, puis de lui reprocher d’en tirer parti dans ses produits. Samsung se dit lui déçu par cette décision, en rappelant toutefois que la décision de l’ITC a reconnu la bonne volonté de Samsung dans ses négociations avec Apple, mais que Cupertino est toujours réticent à prendre une licence.

Comme quoi aux États-Unis il y a « deux poids et deux mesures », ce qui est valable pour l’économie américaine ne l’est pas pour les autres. Au travers de ce protectionnisme déguisé, Apple peut donc se permettre de voler des brevets en toute impunité…

Il serait de bon ton que la pomme s’en souvienne, lors des procès qu’elle intentent, justement sur le vol supposé… de brevets !

Via

A propos Reporter 2782 Articles
Que de temps passé à tester des mobiles ! Le plus ancien... Un antique GSM Nokia 2010 en 1994... Jusqu'au Lumia 950 XL actuel... en passant par plusieurs mobiles sous Android et même un iPhone

6 Commentaires

  1. Naaaaannnn???!!!

    Comme ils sont culottés chez Apple!!! Ils ont osé?!
    Mais cette mauvaise foi est flagrante, évidente, grossière!

    J’ai juste cru rêver en lisant ça:
    « Samsung a eu tort d’abuser du système des brevets de cette façon ».

    Faites ce que je dis, pas ce que je fais^^
    Apple, l’initiateur de la guerre des brevets, ose se plaindre?

    Je suis atterré….!

  2. Apple est tellement côté en bourse et ramène un pognon monstre aux stages, alors cette décisions ne me surprend guère…. Ni même la réaction d’apple pas rapport à samsung, c’est comme d’hab… Nous sommes les meilleurs et vous êtes des c****

    _________________________________
    Envoyé depuis l’application Génération mobiles pour Android

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*